techafrika :: actualité technologique africaine

Le Kenya, l'Afrique du Sud et le Nigéria ont subi des millions de cyberattaques en 2020


Rédigé le Samedi 10 Octobre 2020 | 0 commentaire(s)



La société de sécurité informatique, Kaspersky, rapporte qu’elle a comptabilisé au début du mois d'août, 28 millions d'attaques de logiciels malveillants en 2020 et 102 millions de détections d’applications potentiellement indésirables.
 
Les applications potentiellement indésirables (PUA) sont des programmes qui ne sont généralement pas considérés comme malveillants en eux-mêmes. Cependant, ils influencent généralement l'expérience utilisateur de manière négative. Par exemple, les PUA publicitaires remplissent l'appareil de l'utilisateur avec des publicités; les PUA monétaires agressifs propagent des offres payantes non sollicitées et les PUA de téléchargement peuvent parfois télécharger des applications malveillantes sur l’appareil.
 
En évaluant les menaces dans les pays africains, les chercheurs ont remarqué que les PUA attaquaient les utilisateurs presque quatre fois plus souvent que les logiciels malveillants traditionnels. Ils atteignent également finalement plus d'utilisateurs : par exemple, alors qu'en Afrique du Sud les malwares ont attaqué 415.000 utilisateurs en 7 mois en 2020, le chiffre pour les PUA était de 736.000.
 
En évaluant les résultats au cours de la même période de 7 mois au Nigéria, il y a eu 3,8 millions d'attaques de logiciels malveillants et 16,8 millions de détections de PUA - soit quatre fois plus. Au Kenya et en Afrique du Sud, les cyberattaques ont été plus intenses. En Afrique du Sud, il y a eu près de 10 millions d'attaques de logiciels malveillants et 43 millions de détections de PUA, et les utilisateurs kenyans ont été confrontés à encore plus d'attaques de logiciels malveillants - environ 14 millions et 41 millions de PUA.