techafrika

Angola: La famille de Jonas Savimbi attaque l'éditeur du jeu Call of Duty en justice


Rédigé le Jeudi 4 Février 2016 | 0 commentaire(s)



Les descendants de Jonas Savimbi ont décidé de traduire devant la justice française l'éditeur du jeu vidéo Call of Duty pour diffamation. Pour cause, dans le jeu le chef rebelle angolais est représenté comme une « brute barbare ». La famille réclame 1 million d'euros de dommages et intérêts et le retrait du jeu incriminé.
 
Dix ans plus tard, le chef rebelle d'Angola, Jonas Savimbi, apparaît en béret rouge et tenue militaire aux côtés du héros du jeu vidéo « Call of Duty », Alex Mason. Dans son rôle de chef de guerre face au MPLA, Mouvement populaire de libération de l'Angola, Savimbi apparaît dans une des séquences du jeu dans le feu des rafales ennemies, haranguant ses troupes depuis un char, lance-grenades à la main, en criant : « Il faut les achever ! ».
 
Pour la famille, cette mise en scène « outrancière » élude sa personnalité de « stratège » et de « leader politique ».
« Chef de guerre, oui », mais pas seulement : « ami » de Mandela, « il a été un personnage important de la Guerre froide, il était défendu par les grands de ce monde, comme Reagan », énumère l'avocate des enfants, Me Carole Enfert.
 
De son côté, la défense de « Call of Duty » affirme que Savimbi a été représenté « pour ce qu'il était »: un « personnage de l'histoire angolaise », « un chef de guérilla qui combat le MPLA », résume l'avocat d'Activision, Me Etienne Kowalski.
 
Depuis ce mercredi 3 février, date d’ouverture du procès, c’est donc à la justice française de déterminer si un jeu vidéo peut porter atteinte à l'honneur d'une personne.
 
Source